Il s'est vendu 18,2 millions de smartphones en France, en 2014. 

Cela porte le nombre de "téléphones intelligents" - comme ils disent à l'Académie Française - à 27 millions au total.

Bien sûr, c'est formidable. Car ces appareils permettent à des millions de gens d'être plus productifs, plus mobiles, plus proches les uns des autres. Chez Back Market, la startup à l'origine du MRPS, on aime vraiment les smartphones. Tellement d'ailleurs qu'on en vend.

Ce qui est moins formidable en revanche, c'est que les français changent en moyenne de smartphone tous les 18 mois.
Poussés par les constructeurs qui présentent chaque année des modèles "révolutionnaires" v.s.  ceux des générations précédentes.  

Faites le compte. D'ailleurs non, on va le faire pour vous : environ 15 millions de smartphones se trouveront séparés de leur propriétaire en 2015, au profit de nouveaux modèles.

Le sort de ces appareils dépendra de leur propriétaire, mais voici les estimations qu'on peut en faire, selon les différentes études publiées sur le sujet :

"Placard" - environ 1/3 des téléphones finiront... nulle part. C'est à dire perdus dans le bac à chaussettes de leurs propriétaires.

"Recyclage" - un autre tiers sera collecté par les éco-organismes en vue d’être recyclé. Notons cependant qu'une portion non négligeable de ces appareils sera exportée illégalement en Asie ou en Chine, pour finir dans des décharges sauvages. L’agence européenne de l’environnement estime qu’entre 16 et 38% des déchets électroniques et électriques collectés chaque année dans l’Union Européenne sont ainsi illégalement exportés.

"Réemploi" - dans le meilleur des cas, un tiers de ces smartphones trouvera une seconde vie. En étant directement revendu à un nouveau propriétaire, ou en passant par un reconditionneur qui le remettra en parfait état de marche.

Au vu de ces chiffres, deux solutions émergent fortement pour lutter contre le gâchis électronique :

SOLUTION N°1 / Favoriser les initiatives de réemploi de ces smartphones : tout ce qui peut contribuer à leur donner une deuxième vie. Et Back Market est une initiative parmi beaucoup d'autres.

SOLUTION N°2 / Essayer de juguler un peu l'appétit des consommateurs pour les nouveaux produits des constructeurs. C'est à dire rallonger de quelques mois (6 ? 12 ? soyons fou !) le cycle  d'équipement en smartphone. Et expliquer au consommateur qu'il n'est pas forcément nécessaire de se séparer de son smartphone vieux de 18 mois tant qu'il fonctionne. C'est là l'ambition du Mouvement de Résistance des Précédents Smartphones.